Quelle école pour le monde technologique d’aujourd’hui ?

Table ronde animée par Christian Blanvillain et Stéphane Bernardini

Durée : 3h. Peut-être rejoint en cours de route.

Thématiques : Valeurs et théories de l’éducation nouvelle.

Résumé :

Comment faudrait-il changer l’école d’aujourd’hui pour préparer nos élèves au monde de demain ? Partage de points de vus.

 


 Les écoles des petites classes Genevoises sont confrontées à des situations sociales qui rendent les méthodes pédagogiques courantes inopérantes ou inadaptées à résoudre des problèmes liés à la violence, le manque d’éducation, le savoir vivre ensemble et le savoir être. 

Les valeurs sociales d’un enfant se construisent dans un environnement compartimentée entre institutions et parents / milieu familial et cette dualité manque parfois de sens ou de repères pour l’enfant. L’éducation scolaire applique des méthodes et programmes déconnectées des problématiques de terrain, qui sont décidées en amont et qui ne sont donc pas en lien avec ce qui se passe ici et maintenant, avec la source de problèmes réels issus du présent vivant de la salle de classe. La vrai question n’est pas de savoir comment ramener la situation vécue à un programme scolaire, mais comment utiliser ce qui se passe en classe pour développer et cultiver chez les élèves des dons qui vont leur permettre d’apprendre. C’est à dire comment construire le programme scolaire en fonction de ce qui se vie présentement dans la classe, au lieu de tenter de faire concilier une activité artificiellement programmée par un plan d’étude, avec la réalité de l’instant présent.

L’école doit, comme toujours, se réinventer pour s’adapter aux changements sociétaux et combler un besoin nouveau en terme d’écoute, de communication et de reconnaissance avec l’enfant, pour qu’il puisse apprendre à exprimer ses émotions, apprendre à explorer ses sensations, mieux se connaître afin de réussir à créer des liens avec les forces qui l’habitent et pour qu’il puisse finalement être heureux de venir en classe [1]. 

L’acte d’apprendre est un acte conscient et volontaire relevant d’un certain état d’esprit réflexif qu’il nous faut développer à l’école, dès la plus petite enfance. Pour ce faire, nous vous proposerons un rallye « Ateliers découvertes & laboratoire intérieur » sous la forme d’une chasse aux trésors qui nous mènera à expérimenter différentes situations « décalées » se basant sur des exemples d’outils venus d’ailleurs [2]… Le but de ces expérimentations sera de trouver de nouvelles manières d’enrichir nos enseignements avec l’instant présent, avec ce qui se passe ici et maintenant. Nous souhaitons : 

  • – ébranler les croyances des élèves et provoquer des déséquilibres cognitifs pour créer un espace vide
  • – utiliser la méditation de pleine conscience [3] pour qu’ils puissent apprendre à mieux se connaître
  • – se servir du monde onirique et de la symbolique universelle comme passerelle pour nous aider à nous reconnecter avec notre être intérieur ;
  • – faire jouer des rôles pour apprendre à communiquer de manière non violente et s’épanouir dans la collaboration, en s’éloignant de la compétition omniprésente de notre société. 

Notre objectif in fine étant de développer des compétences sociales telle que la bienveillance, la gratitude et l’empathie comme outils destinés à favoriser l’émergence d’une intelligence collective dans un environnement collaboratif qui suscite la mutualisation des forces individuelles, la valorisation de l’entraide, la solidarité et le respect de l’autre.

Nous souhaitons immerger le participant dans un environnement propice à la création collective enrichie de chaque idées, opinions, points de vues, expériences, pratiques, stratégies individuelles, de sorte que nous puissions co-construire un mandala holistique [4] durant le temps de cette expérimentation, et concevoir de nouvelles pistes concrètes que chacun pourra expérimenter et explorer par la suite dans ses classes.

 

Références :

[1] Collectif sous la direction de Martin-Krumm, C. & Tarquinio, C. (2011). Traité de psychologie positive. Bruxelles : De Boeck.

[2] Frey, C. (2013). La relaxation. Les bénéfices des moments de relaxation chez les enfants de 6 à 12 ans. Mémoire d’étude (Filière éducateur-trice de l’enfance – Sion). En ligne : <https://doc.rero.ch/record/260966/files/Frey_C.pdf>

[3] Lombardo Almespeck, S. Paccaud-Solarz, J. De Gaspary, L. Brami, C. (2019). Happy, l’École en Pleine Conscience. Conférence du Centre Recherche Interdisciplinaire. Paris : Jupiter Films. En ligne : <https://youtu.be/AWBs16H3HWc>

[4] Mc Curdy, R. (2015). Faire ensemble. Outils participatifs pour le collectif. La Chapelle-sous-Uchon : Passerelle Éco.